Project Description

 

Villa Kotilo 2004-2006 | ESPOO, quartier Kauklaht (Finlande) | Olavi KOPONEN, Architecte SAFA

Kotilo désigne en finnois la coquille d’escargot, le coquillage. Derrière ce mot, on retrouve l’idée sous-jacente d’abri, de foyer.

« le concept spatial de cette maison est celui de la spirale, du jumelage des espaces. Peu ordinaire, cette solution s’est imposée à moi assez rapidement : alors que j’écoutais une interview du réalisateur finnois Aki Kaurismäki, j’enroulais une tige de polystyrène autour d’une colonne centrale ; l’âtre, le foyer.

En 2004 je présentais, dans le cadre d’un concours architectural, une esquisse inspirée par ce modèle. Après avoir remporté ce concours, j’ai pu concrétiser ce projet : il m’a fallu simplement déplacer les espaces cloisonnés vers une maison attenante à la villa principale.

La solution fonctionnelle n’est pas basée sur une typologie, une grammaire moderniste. J’ai pensé à la manière dont vivent réellement les gens, aux différents temps de l’existence : Seuls, avec des amis, en famille, la joie, le deuil, l’aube ou le crépuscule…  tout le processus de construction et de conception du bâtiment fait écho à l’essence même de l’expérience humaine, à sa dualité, à l’opposition entre la banalité du quotidien et la fête, l’articulation entre le sacré et le profane. Par ses formes et ses matériaux, son rattachement à un point central, à  la manière dont pénètrent  la lumière et les odeurs en son sein au rythme des saisons, cette maison est une véritable expérience spatiale et sensorielle.

L’objectif principal  est une vie épicurienne : simple et tranquille. A mon sens, les caractéristiques principales  de l’architecture finnoise vernaculaire vont naturellement de soi, on recherche un confort douillet, pas le superflu. Les matériaux sont modestes il faut un certain savoir-faire, une sagesse pour les mettre en valeur. Quand je pense à l’architecture traditionnelle,  c’est tous ces éléments que j’ai en mémoire, c’est en quelque sorte une madeleine de Proust et c’est là précisément mon but en tant qu’architecte, retrouver cette sécurité et cette sérénité propre au foyer familial. Cela peut, toutefois,  sembler entrer en contradiction avec la tradition académique en architecture à laquelle j’appartiens de par mon statut d’architecte.

Cette villa « Gastéropode » (Kotilo en finnois) telle qu’elle est conçue, est le résultat inconscient d’un effort syncrétique. Elle constitue une rupture exceptionnelle en comparaison à mes précédentes réalisations dans ses aspects et caractéristiques les plus décisifs : son unité avec la nature et son intégration à celle-ci se fait par un jeu d’associations. La surface de la maison et sa structure ont présenté de nombreux défis à relever. La structure principale est composée de parois en bois, la toiture et le sol sont composés d’éléments préfabriqués (plus de 180), eux aussi en bois qui sont assemblés autour d’un pilier central en béton et sont partiellement soutenus par des éléments en acier. La surface extérieure est couverte de tavaillons en mélèze provenant des scieries russes de Krasnodar, l’intérieur est quant à lui bardé, à la finnoise,  de fins tavaillons en peuplier tremble. Les fondations et le sol sont en béton. Le sol et les extérieurs  en béton sont constitués d’un béton auquel on a ajouté des éclats de verre bleu, puis que l’on a poli.

Ce bâtiment a été construit en accord avec les techniques et les règles de construction traditionnelles : entièrement à la main du début à la fin, un véritable de défi que les artisans et ouvriers  ont heureusement relevé. Nous avons passé entre 5500 et 6000 heures à concevoir et construire cette villa, et son coût de construction n’excède pas le cout moyen pour ce type de surfaces, tout cela grâce aux solutions architecturales que nous avons mis en œuvre. »

Olavi Koponen.

traduit de l’anglais par Thibault Dabout.